Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Muleta
  • La Muleta
  • : La peña la muleta a été créée par un groupe d'amis passionnés par le monde taurin. Aujourd'hui, elle regroupe tous les afficionados de SAINT PERDON qui partagent cette même passion. Par ce blog, nous souhaitons partager avec vous notre passion et vous faire connaître toutes les évènements que nous organisons.
  • Contact

Rechercher

13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 09:55

 

 

 

Le samedi 29 Avril 2017 à partir de 19:30 

salle polyvalente de Saint Perdon. 


La Peña La Muleta vous recevra pour vous présenter les ganadérias retenues pour sa cinquième novillada concours qui se déroulera aux arènes du Plumaçon le 27 Août 2017 à 17h30
 

Au cours de cette soirée Thomas THURIES tiendra une conférence sur les encastes. 
L'affiche 2017 sera dévoilée à ce moment là et deux expositions dans la salle polyvalente seront présentées , l'une sur la création artistique ayant pour thème la tauromachie et l'autre concernant la photographie taurine !! 

 

Cette soirée conviviale se clôturera autour d'un repas 
 

Réservation possible au 06.43.33.12.19

Le Bureau de la Peña

Repost 0
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 08:00

Je livre une nouvelle fois à votre lecture attentive ainsi qu'à votre réflexion d'aficionado un article paru dans les Chroniques du temps de la revue Toros N° 2038-39 du 16 décembre 2016 sous la plume de Manolillo

Patrick.S

 

LA SOLITUDE DE L AFICIONADO

 

Curieuse évolution. Ce n'est pas nouveau, l'aficionado a toujours été minoritaire dans les enceintes. Mais il était respecté, voire admiré. Ne serait-ce qu'en raison de ses connaissances, présumées supérieures à celles du commun des mortels, le spectateur ordinaire. L'aficionado était, pour ce dernier, un référent, une autorité, qu'il se flattait de connaître quand, un jour, par hasard, le sujet taurin venait dans la conversation. Vous aimez les toros? Alors vous connaissez peut-être Monsieur un tel, un ami qui fréquente toutes les arènes de France et de Navarre, et même d'Espagne ! Stop. Les aficionados n'ont plus d'amis. Les goûts des toros ayant acquis, à l'air du temps, mauvaise réputation, il est interdit d'en parler à la légère. Il vaut mieux éviter de l'évoquer dans une conversation. La matière paraît-il, n'est pas neutre. Et comme, selon le philosophe Michel Foucault, il est impossible de penser en dehors du "discours" de son époque, la chose se présente mal pour l'aficionado qui, à bon droit, ose persister à vouloir raisonner comme avant, une époque heureuse où la neutralité du sujet taurin était vécue et partagée avec tous comme un signe de tolérance et de paix sociale. Ce qui n'est manifestement plus les cas aujourd'hui où règne l'intolérance et la lutte idéologique. Voilà le pauvre aficionado, ce paria, éloigné des salons et des conversations.Au fond, ce n'est pas bien grave, mais tout de même.

Plus ennuyeux, face à cet isolement vis-à-vis du monde extérieur, est celui de l'aficionado à l'égard du monde intérieur, celui de son aficion. Il est hélas, de moins en moins reconnu, ou simplement entendu, engendrant perplexité de sa part. Nous trouvant en fin de saison européenne, regardons du côté des statistiques.

Le Top 25 des éleveurs de la saison 2016, en France et Espagne, fait apparaître une victoire écrasante de l'élevage Nuñez del Cuvillo/N. de Tarifa, avec 205 animaux "lidiés", tous en corrida de toros, des bestiaux auxquels il a été coupé pas moins de 169 oreilles, soit 1.2 oreille pas toro. Ne faut-il pas voir là, l'apothéose d'un produit d'excellence devant laquelle il convient de tous s'incliner, ainsi que devant son créateur? Certes il s(agit d'une belle réussite, issue d'un savant mélange de Marques de Domecq, Nuñez et Atanasio auquel a été ajouté un lot de Torrealta à partir de l'origine Osborne Domecq, mais elle sonne un peu comme les résultats actuels du baccalauréat. A récompenser tout le monde, la récompense ne veut plus rien dire , et ce sont sur d'autres critères que se fait la véritable sélection. Non, n'en déplaise aux contemplateurs de tout poil, l'élevage de Nuñez del Cuvillo, ou celui de Garcigrande/D.Hernandez, très recherché par le Gotha des piétons et qui arrive juste après avec 142 bestiaux et 97 oreilles coupées, ne représentent pas, pour l'aficionado, la panacée, ni ce qu'il attend de meilleur du toro de combat.

Que l'on se rassure, la solitude de l'aficionado n'entame pas la solidité de ses convictions. C'est peut-être, après tout, sa vocation principale, seul contre tous, de maintenir le cap dans l'époque troublée que nous traversons. Ce n'est pas la première fois que le combat de toros est attaqué. Y compris sérieusement comme aujourd'hui. Depuis la bulle du pape Pie V, jusqu'à la traversée des deux guerres mondiales malmenant le bétail brave au cours du XXè siècle, le cheminement de l'Histoire est là pour le démontrer. La corrida si elle repose sur des toros et des hommes différents à chaque époque, repose surtout sur des valeurs intemporelles qui constituent le véritable secret de la pérennité du spectacle taurin pour le siècle en cours. Spectateur éclairé, l'aficionado sait distinguer dans l'arène le faux du vrai, l'artificiel de l'authentique, le superficiel du profond. Il le fait naturellement non pas comme un gendarme ou un inspecteur, certains disent un gêneur, un empêcheur de tourner en rond, et même à tort suprême, un passéiste. Il n'en est rien. L'aficionado agit tout simplement pour son propre plaisir, qui ne serait pas le même s'il se portait sur un spectacle déficient, ou qui plus est frelaté. Et aussi pour prendre la parole, et parler haut et fort, quoi qu'il arrive. Par exemple pour dire que le toro bonbon ou la tauromachie bobo n'ont rien à voir avec l'animal roi des ruedos et le toreo grande. L'aficionado étant un sermoneur impénitent, il ne lui déplait pas, si besoin, de prêcher dans le désert.

Faisons le bilan: l'aficionado était minoritaire; il est maintenant, en plus, isolé. Les temps sont durs, sans être dramatiques, la plus forte hémorragie ne se situe pas dans ses rangs: les clubs taurins au sein desquels il peut se regrouper sont toujours aussi nombreux. La foi tauromachique continue d'exister. Un fort exemple, la foi des éleveurs français de taureaux de combat. Ils restent enthousiastes en dépit des difficultés quotidiennes et des chiffres du Top 25. Voilà de vrais aficionados, minoritaires, isolés, mais actifs et convaincus. Une occasion pour dire qu'ils mériteraient plus de considérations de la part des organisateurs.

MANOLILLO.

 

 

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 16:21

Je soumet aujourd'hui à votre lecture, attentive j'espère, un article fort intéressant écrit par un de nos socios (G.L.) paru dans la Gazetilla N°120bis du mardi 8 novembre 2016. Je ne doute pas un seul instant que certains se retrouveront dans ses écrits.

 

LE CHANGEMENT, C'EST MAINTENANT. ET BIEN NON !

 

Ceci n'est écrit ni sous la dictée d'une aigreur quelconque, ni par un effet de nostalgie qui serait induit par les évocations d'un temps qui n'est plus qu'au passé: c'est juste que le temps, ce lugubre robot implacable, continue précisément de passer, et qu'il ronge les gens, artistes toreros inclus, et rogne les perspectives, les nôtres à tous.

On nous sert, on nous vend du tiède qui ne fait pas de vague mais certains en redemandent.

Le mot "Changement". Pas un homme politique, pas un éditorialiste, pas un observateur qui ne nous parle ces temps-ci du "changement nécessaire".

Bien sûr, il y a urgence, des réformes sont nécessaires dans ce monde chamboulé. Il y a eu la Renaissance, le siècle des Lumières ou la révolution industrielle. Tout se transforme, tout se modifie. Un monde meurt, un nouveau surgit. Il nous faut nous ouvrir à l'avenir, ne pas se confier à la nostalgie.

Mais pourquoi le changement? Cette petite musique qui nous enjoint de changer sans poser d'autres questions.

Nous n'allons pas nous prosterner devant l'idole du changement sous peine d'être des ringards! L'air du temps ne nous va pas si bien, c'est plus une pathologie qu'une idéologie. Est ce que la stabilité, le calme, la lenteur ou le silence ne nous seraient pas plus nécessaires?

Il en va de notre équilibre, la joie de vivre, la confiance ne doivent pas nous abandonner. Oui à la modernité présente dans tout art, mais l'art taurin doit-il devenir un art décadent? Que notre torero continue à se grandir face au taureau, au vrai et son triomphe n'en sera que plus grand. Quel intérêt "d'exploits" trop faciles qui amènent à la banalisation? Où se trouve l'art si la bravoure manque pour le magnifier.

A chaque lustre, ses tares: dans les années 50, la pratique généralisée de l'afeitado était reine, suivirent des novillos nourris au grain à la place de toros de quatre ans (le marquage à l'épaule a fait disparaître cette pratique) et depuis déjà trop longtemps, l'invasion de l'encaste Domecq.

La corrida hors du danger existe t'elle? C'est cet art du toreo qui permet d'affronter ce danger et le vaincre. Sinon à quoi bon? Ce n'est que devant un TORO, un TORO de respect qu'un torero deviendra à son tour, un TORERO de respect.

"Toréer est l'art de la force et du courage, engendré et dispensé par la raison, la plus noble des trois dispositions de l'âme. C'est un art violent et nécessaire à la sauvegarde de la vie humaine" Josef DAZA.

Toute cette amertume parce que nous sommes avant tout aficionados, parce que nous aimons la Corrida et non pas parce que nous savons, nous ne sommes pas non plus des nostalgiques du "c'était mieux avant". Nous aimons la Corrida et nous la défendons: contre les politiques en mal de notoriété, les stars défraîchies, contre les anti imbéciles et ignares.

Nous sommes sincères, exigeants et totalement indépendants vis à vis du milieu professionnel. Nous allons aux arènes où combattent des toros braves, nous assistons à des novilladas pour découvrir des ganaderias inconnues ou pour soutenir et voir l'évolution d'un ganadero estampillé Sud-Ouest, des non piquées pour encourager de jeunes pousses souvent nées à l'ombre de nos arènes. Loin du showbiz, de la superficialité et des apparences.

Les écoles taurines se multiplient où s'ébrouent des jeunes formatés. Mais elles leurs permettent de s'exprimer après avoir acquis les bases essentielles, d'amener d'autres jeunes aux arènes et si l'échec est au bout, il en restera toujours quelques excellents aficionados.

La cape a quasiment disparue, le tercio de varas se raccourcit, celui des palos devient une formalité et les faenas s'allongent, s'allongent...Moins on a de talent et plus on veut nous le prouver. Que Mrs les Présidents apprennent à lire l'heure et sonnent les avis! Stop au spectacle de trois heures, c'est indigeste!

The show must go on, certes mais de quelle manière, avec qui, et pour qui?

Gilbert LAMARQUE

 

 

 

 

Repost 0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 08:46

Le 22 janvier 2017, la Peña La Muleta organise son troisième vide grenier.

L'ouverture des portes de la salle polyvalente de Saint-Perdon se feront à 7h le dimanche 22 janvier.

Il est possible, pour les exposants intéressés de télécharger le bulletin d'inscription sur le site de la mairie en cliquant sur le lien suivant:

                                                        http://www.saint-perdon.com/

Puis laissez vous guider avec l'icone "Vide Greniers de la Peña La Muleta" sur le calendrier en haut à droite de la page d'accueil.

Venez nombreux, le meilleur accueil vous sera réservé.

              Rendez vous dimanche 22 janvier, salle polyvalente de Saint-Perdon.

Repost 0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 09:17

Nous vous présentons tous nos voeux pour cette nouvelle année 2017 qui commence.

Nous espérons qu'elle sera pleine de bons moments partagés, de tolérence, de respect et aussi de bonnes faenas...

Allez, bises à tous.

 

Repost 0
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 07:00

Chers amis Aficionados,

Nous vous informons qu’un avis de manifestation anti-taurine a été déposé en préfecture des landes pour le dimanche 28 août 2016, jour de notre novillada concours.

Nous étions 2000 à la manifestation pour la défense des cultures traditionnelles ce mois-ci à Mont de Marsan, nous serions heureux de vous compter aussi nombreux dimanche pour soutenir notre journée taurine qui trouve toute sa place dans ces traditions.

Nous vous attendons très nombreux pour prouver à ce monde l’importance que revêt notre culture taurine et notre détermination à ce qu’elle perdure.

D’avance, merci de votre présence

Le bureau de la Peña

Pour info, les dernières prévisions météo, n'ayez pas peur à la chaleur et venez doncpasser cette journée avec nous...

INFORMATION DE DERNIERE MINUTE
INFORMATION DE DERNIERE MINUTE
INFORMATION DE DERNIERE MINUTE

Le bureau de la Peña

Repost 0
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 07:00

Mardi 23 août 2016 7h du matin,

Le débarquement des novillos de notre concours 2016 dans les corales du Plumaçon.

Tout c'est bien passé, dans le calme.

Le Bureau de la Peña La Muleta.

Repost 0
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 18:00

Les novillos pour la concours du 28 août ont été débarqués ce matin. Tout c'est très bien passé et le calme règne dans les corales.

En attendant dimanche...

A suivre une vidéo du débarquement...

Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Les novillos sont là
Repost 0
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 10:28

Nous nous devons de vous informer d'un nouveau changement dans notre cartel du 28 août.

Les aléas du campo font que...

Le Toro de Murteira Grave initialement prévu "Cokito" N°122 étant impropre à la lidia à du être remplacé par:

Nouveau changement au cartel

"Volandero" N°111 né en 03/2013

Le Bureau de la Peña

Repost 0
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 07:00

La Peña La Muleta, dans le cadre de la location de sa journée taurine 2016 a le plaisir de vous informer qu'elle offrira une place de callejon à la 400ème place réservée.

Les conditions requises sont les suivantes:

- Que cette place soit réservée avant le 27 août, date de fermeture de la location,

- Que la personne gagnante vienne en personne au bureau de location retirer son bon gagnant.

A vos téléphones et bonne chance à tous

Le bureau de la Peéna

Repost 0