Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Muleta
  • : La peña la muleta a été créée par un groupe d'amis passionnés par le monde taurin. Aujourd'hui, elle regroupe tous les afficionados de SAINT PERDON qui partagent cette même passion. Par ce blog, nous souhaitons partager avec vous notre passion et vous faire connaître toutes les évènements que nous organisons.
  • Contact

Rechercher

Pena La Muleta

22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 06:00

Nouvel Horaire 

Notre novillada concours commencera à 11h aux arènes du Plumaçon

à Mont de Marsan

------------------------------

 

 

Notre troisième

 

Jose Garrido

Jose Garrido

 

     Il débute avec fracas dans l'escalafon des novilleros, cette année, en coupant trois oreilles à Olivenza et il n'a cessé de confirmer depuis. Indulto d'un novillo de Fuente Ymbro, une tarde héroïque à Badajoz (5 oreilles) et, plus près de nous, les excellentes faenas de Garlin devant des Pedraza de Yeltes. Son mentor n'est autre que Antonio Ferrera dont il s'inspire certainement lorsque l'on constate son envie, sa joie de toreer, mais aussi son aptitude à attendre la charge ainsi que son engagement à l'épée.

Son lot: PILAR POBLACION ET PEDRAZA DE YELTES

 

 

PILAR POBLACION

 

Pilar Poblacion

 

     Origine: Conde de santa Coloma, Graciliano, Pérez Tabernero.

     Devise: rouge et vert.

     Ancienneté: 6 août 1944.

     Propriété: "Fresno", Fresno Alhandiga (Salamanque).

 

     Les fils d'Alipio Péerez Tabernero Sanchon forment cet élevage en 1939 à partir d'un lot de vaches d'Arturo Sanchez y Sanchez d'origine Trespalacios. Ils rajoutent au cheptel un autre lot de vaches et d'étalons marqués par le fer de leur père Alipio et annoncent leur élevage sous l'appellation de "Hoyo de la Gitana". Les origines antérieures d'Arturo Sanchez sont progressivement éliminées au profit du seul sang de Santa Coloma. Fernando Pérez Tabernero Sanchez devient propriétaire du troupeau en 1968 et continue à faire combattre ses toros  sous le nom de Hoyo de la Gitana jusqu'en 1974. L'élevage est ensuite rebaptisé au nom de son épouse, Pilar Poblacion del Castillo, et devient propriétée des ses fils Julio et José Juan Pérez Tabernero Poblacion en 1988. Quatre ans plus tard, Julio Pérez Tabernero Poblacion devient l'unique propriétaire du fer.

     L'élevage de Pilar Poblacion el Castillo fait partie des nombreux fers de Salamanque découverts lors des ferias arlésiennes du riz organisées par Hubert Yonnet. En septembre 1993, ces toros avaient foulé le sable arlésien et donné une sérieuse répartie au trio formé par Luis Fransisco Espla, Denis Loré et Oscar Higares. Le torero nîmois avait coupé une oreille au cinquième au terme d'une faena très engagée qui fut le pilier de son retour au meilleur niveau. La novillada programmée à saint-Sever en août 2000 permit au public landais d'apprécier la notable progression du torero local Julien Lescaret qui coupa une oreille. Plus près de nous, n'oublions l'excellent comportement de ses pensionnaires lors de la feria des encastes organisée par la Peña Jeune Aficion de Saint-Sever en 2011 dans le cadre de leur XXVIIIème semaine taurine.

     L'expérience montre que ce bétail mérite souvent une lidia avisée de la part des toreros.

     Pilar Poblacion del Castillo a été choisi parce c'est un élevage qui est dans un bon moment, mais aussi pour le sérieux de son novillo. Cette ganaderia sera le digne représentant de l'emblématique encaste Santa Coloma et plus précisemment de la rame Graciliano.

L'exemplaire retenu pour notre novillada concours:

 

N°24 Pilar Poblacion



 

PEDRAZA DE YELTES

 

Pedraza de yeltes

 

       

     Origine : Pilar-Domecq

     Devise : Blanc et vert

     Ancienneté : 30 avril 2012

     Propriété : « Pedraza de Yeltes » 37494 CASTRAZ DE YELTES (Salamanque)

 

     Un des lots provenant de la division de l’élevage de don José Antonio Adalid d’encaste Vistahermosa er Barbero de Utrera passa en 1902 à don Fransisco Taviel de Andrade et, successivement à don Gregorio Campos en 1908, don Narciso Darnaude en 1921, don Romualdo Arias de Reina en 1930, Hidalgo Hermanos en 1932 et, plus tard en 1950 à don Arturo Perez Fernandez. En 1953, cet élevage est divisé en cinq lots pour chacun de ses fils, et celui qui revint à doña Maria del Carmen Perez Lopez de Tejada fut vendu en 1955 à don Fransisco Ricon Cañizares puis, fut une nouvelle fois vendu en 1970 à doña Margaria Hernandez Castro. En 1971 cet élevage est vendu aux frères Gutiérrez Mora et acheté en 1975 par don Salustiano Galache qui fit courir ses toros sous le nom de son épouse doña Maria Teresa Calderon. En 1976 il élimina tous les animaux présent sur l’élevage et le reforma exclusivement avec des lots de vaches et des sémentales de Encinas, encaste Vega Vilar  dont il hérita de sa mère  doña Caridad Cobaleda veuve Galache .

     En 2007, Luis Uranga, riche industriel basque, ancien président du club de foot de la Real Sociedad a racheté en compagnie de José Luis Frutos, un autre industriel basque, la finca de Pedraza. Les industriels basques ont aussi racheté des toros à Moises Fraile (propriétaire d’El Pilar) et à don Pio Tabernero de Vilvis. En 2007, ils éliminèrent tous les animaux de don Pio Tabernero de Vilvis et les remplacèrent par d’autres animaux d’El Pilar.

     Pour le reste, la dernière née des ganaderias salamantines, orchestrée en coulisse avec exigence par l’ex torero et directeur de l’école taurine de Salamanque José Ignacio sanchez a marqué les esprits lors de sa présentation en corrida à Azpeitia en août 2011, prix du meilleur lot de novillos au Zapato de Oro à Arnedo en 2012, sa corrida de la San Isidro à Madrid cette année et, rappelons nous également la novillada de Garlin en avril 2013 qui laissera un souvenir important à tous les aficionados présents.

     Ce jeune élevage à fort justement gagné sa place auprès de ses illustres ainés.

 

L'exemplaire retenu pour notre novillada concours:

 

N°41 Pedraza de Yeltes

 

 

INFORMATION

     La location débute ce jour à la Médiathèque de Saint-Perdon (à côté de la salle polyvalente) ou par téléphone au 06 43 33 12 19.

Lundi au vendredi de 16h30 à 19h.

les samedi 24 et 31 août: 10h/12 et 14h/19h.

 

Patrick S.

Partager cet article
Repost0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 09:35

REORGANISATION

DE NOTRE JOURNEE TAURINE

 

     Nous vous informons que, suite à une programmation du match de rugby Mont de Marsan/La Rochelle, nous avons été amené à modifier l’organisation de notre journée taurine.

La novillada concours débutera à 11h

 

StP 2013 -1

 

 

Le nouveau déroulé de la journée sera donc le suivant :

 

                       Photo logo peña            LOGO SMR PRO

 

·         11h : Aux arènes du Plumaçon à Mont de Marsan, Grande novillada concours

·         A la suite de la novillada : Rafraichissement à notre buvette installée pour l’occasion à la Tumade (face à l’entrée du patio de caballos)

·         Repas de l’aficion avec animation par le groupe Passions Sévillanes de St Perdon et l’harmonie Al Violin de Samadet au fronton couvert (derrière la Tumade).

·         16h : A Boniface, Match d’ouverture du championnat de Pro D2 Mont de Marsan / Larochelle.

·         20h30 : Salle Omnisport de Saint-Perdon, repas de clôture organisé par le club espoir.

·         23h : Bodéga du Surf Club St-Perdon.

 

Le Bureau de la Peña La Muleta

Partager cet article
Repost0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 06:30

Nouvel horaire

Notre novillada concours débutera à 11h aux arènes du Plumaçon

à Mont de marsan

--------------------

 

 

Notre second,

 

Rafael Cerro

Raphael CERRO

 

     Il n'est nul besoin de présenter le protégé d'Ortega Cano, il écume depuis plus de deux ans les arènes de première catégorie et y glane de nombreux succès. Récemment, il a coupé une oreille à Seville et a été déclaré vainqueur du concours des novilladas Canal+ Torodelta à Madrid. Sa technique est celle d'un matador de toros et son mental l'incite sans cesse à s'exposer pour toréer de verdad. Aux portes de l'alternative, il fait partie du petit nombre de novilleros capables d'affronter avec succès le lot qui lui échoit.

 

Son lot: PALHA et MURTEIRA GRAVE

 

 

PALHA

 

Palha

    

     Origines: Pinto Barreiros, JP Domecq et Baltasar Iban (contreras-Domecq).

     Devise: bleu et blanc

     Ancienneté: 4 novembre 1883

     Propriété: "Heredade de Adema" Porto Alto (Santarem), Portugal.

 

     Installée dans la province du Ribatejo sur la route qui relie Porto Alto à Alcochete, voisine d'autres éleveurs comme Oliveira Irmãos ou Conde de Cabral, la ganaderia a été formée par Antonio José Pereira Palha en 1848 avec une partie de la ganaderia royale de Miguel de Bragance (origine Trespalacios et Veragua). Son Fils, José Pereira Blanco lui succède en 1875. Il croise le bétail dont il a hérité avec du bétail espagnol de Miura et Concha y Sierra, déjà qualifiés d'élevages redoutables. Ce dosage explosif sera combattu pour la première fois à Lisbonne en 1854 et à Madrid en 1862. Par ces origines on comprend pourquoi on les surnomme les "Miura portugais".

     En 1937, les petits-fils Fransisco et Carlos Van Zeller Palha, nouveaux propriétaires, ajoutent des vaches de Pinto Barreiros avec deux étalons, l'un de Belmonte, l'autre provenant de Domingo Ortega. Ensuite, un lot de vaches et deux sémentales de Isaias y Tulio Vasquez viennet augmenter le cheptel. En 1980, l'élevage revient aux neveux Van Zeller Palha Botelho Neves et Folque de Mendoça qui achèterons successivement des reproductrices et reproducteurs de Oliveiras Irmãos, trois sémentales de Torrealta et, récemment un lot de vache et trois étalons de Baltasar Iban qui seront séparés.

     Actuellement, cette ganaderia comporte deux lignées. La première constituée des produits de Pinto Barreiros, Isaias y Tulio Vasquez et Oliveira Irmãos dont une partie est croisée avec des Torrealta. La seconde lignée provient de vaches et sémentales portant le fer de Baltasar Iban.

     Palha est le plus célèbre mais aussi le plus redouté des élevages lusitaniens. Les toros sont imposants de trapio mais fin de type avec généralement un cornage développé. depuis plusieurs années, on constate que les élevages portugais prennet de l'importance et qu'ils obtiennent des succés. Cette réussite est due sans doute au fait qu'ils présentent des toros moins faibles que certaines ganaderias espagnoles.

 

L'exemplaire retenu pour notre novillada concours:

 

N° 114 Palha

 

 

 

 

 

MURTEIRA GRAVE

 

Murteira grave

 

 

      Origine : Parladé

     Devise : bleu et jaune

     Ancienneté : 21 juin1964

     Propriété : Herdade « Galiana », Moura-Evora  (Alentejo) Portugal

 

      Très connu des aficionados, l’élevage de Joaquim Manuel Murteira Grave est l’un des fleurons du bétail brave portugais. Situé dans la province de l’Alentejo, dans le district d’Evora, les pâturages s’étendent sur 1275 hectares frontaliers avec l’Espagne.

      En 1939, Manuel Joaquim Grave (père de l’actuel propriétaire) achète la finca « Galeana », où il y avait encore du bétail de la veuve de Soler propriétaire des lieux. Il fonde la ganaderia en 1944 avec vingt- cinq vaches et « Fabeto », un sémental de José lacerda Pinto Barreiros provenant de Gamero Civico (origine Parladé). De 1944 à 1945, la ganaderia porte le nom de son fondateur. Puis entre 1955, année de la mort de manuel Joaquim grave, et 1958, la ganaderia affiche le nom de ses héritiers.

      En 1958, elle passe définitivement au nom Joaquim Manuel Murteira Grave, qui, la même année, achète le fer actuel qui appartenait à Ignacio Sanchez de Ybargüen.

      Depuis 1944 interviennent des apports de sang nouveaux. En 1958, dix-huit vaches et un sémental de Guardiola Soto, de provenance Parladé via Gamero Civico. En 1974 entreront deux sémentales marqués du fer de Rincon de l’élevage Carlos Nuñez. En1985, un sémental est acheté à Sommer d’Andrade (ex-Coimbra), de la ligne de Tamaron, suivi en 1987 par un sémental porteur du fer de Paquiri (encaste Nuñez) issu de Villamarta. En 1994, deux sémentales de Juan Pedro domecq y Solis viennent enrichir l’élevage et, en 1995, trente vaches marquées du fer de Ricon (15 Ricon et 15 Villamarta) et un sémental acheté aux héritiers de Carlos Nuñez. En résumé, on peut dire que cet élevage est un mélange de l’encaste Parladé avec pour base principale la ligne Gamero Civico-Guardiola Soto avec un apport de reproducteurs des principales lignées de Parladé

      Les exemplaires de Murteira sont des fauves aux cornes généreuses. D’un trapio sérieux, ils paraissent lourds. La majorité est de couleur noire, quelques uns cardenos, entrepelados, mais aussi castaños et colorados.

      Cette ganaderia a remporté de très nombreux trophés : En 1971, prix de la meilleure corrida dans le sud est de la France ; en 1972 corrida la plus brave de Vic Fezensac ; en 1984, meilleur toro Sacristan de la San Isidro ; 1987, corrida la plus brave des Sans Fermines de Pampelune ; 1995 prix du meilleur toro de la San Isidro Formoso ; 1997 prix de la presse au meilleur toro Coquito à Barcelone.

      Les toros d’aspect magnifique de Murteira Grave ne plaisent guère aux toreros habitués à choisir leurs toros parmi les ganaderias dites « commerciales ».

 

L'exemplaire retenu pour notre novillada concours:

 

N°50 Murteira Grave

 

La fin de cette présentation, dans une quinzaine...

 

Patrick S.

Partager cet article
Repost0
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 11:32

     Dimanche, nous avons rendu une petite visite à nos amis Orthéziens pour assister à leur journée taurine.

001

 

Au programme:

     Le matin six novillos de Miguel Zaballos, inégaux de présentation et de jeux, la plupart compliqués mais formant un lot intéressant pour l'aficionado.

002

     Les hommes, en dessous de l'opposition qui leur était proposée, étaient:

     007       009       008

     Jesus Fernandez               Ivan Abasolo                  Alberto Pozo

      Saluts, Oreille               Silence, silence                 Vuelta, Saluts

     Les images de la novillada, un clic ici: 2013.07.28-Ortez--matin 2013.07.28-Ortez--matin

     L'après-midi, six toros de Raso de Portillo, bien présenté, donnant un jeu varié, le cinquième très en retrait.

001

     Les hommes, en dedant aussi comme le matin. Les meilleurs gestes de l'après-midi à mettre sur le compte de Fernado Robleño qui, avec plus d'engagement à l'épée aurait pu couper.

     006         005         007

     Fernando Robleño         Morenito de Aranda               Oliva Soto

       Silence, saluts               Silence, bronca               Silence, Silence

     Pour les images de la corrida, clic ici: 2013.07.28-Ortez--apres-midi 2013.07.28-Ortez--apres-midi

 

Patrick S.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 07:00

 

 

Notre chef de Lidia:

 

 

Manuel Dias Gomes

Manuel Dias Gomes

     Pour la petite histoire, il est le petit fils du premier novillero portugais ayant "actué" en Espagne, Augusto Gomes junior (Pampelune 1942 et Madrid 1946).

     Manuel fut élu meilleur novillero 2007 et 2010 de Campo Pequeño. Il s'est forgé face aux imposants et encastés toros portugais. Son concept d'une extrème solidité ne l'empêche pas, lorsque c'est possible, d'ajouter une dimension de profondeur à son toreo.

     Il sera n'en doutons pas un chef de lidia à toute épreuve.

Sont lot: MIURA et GUARDIOLA FANTONI

 

 

MIURA FERNANDEZ

 

Miura-copie-1.jpg

    

     Devise: Vert et noir à Madrid, Vert et rouge dans les autres arènes.

     Ancienneté: 30 avril 1849.

     Propriété: Finca "Zahariche", Lora del Rio (Séville).

 

     L'histoire de cette ganaderia est étroitement liée à celle de la tauromachie moderne. Miura n'est pas une ganaderia comme les autres. Cet élevage intrigue depuis sa création; il appartient toujours à la même famille, perpétue le même style d'élevage et détient les mêmes encastes; en résumé, il n'a subit aucune modification profonde depuis ses origines jusqu'à nos jours.

     Morphologiquement, le toro de Miura est différent de ses congénères. Haut sur patte, long, ensellé, musculeux, d'armures redoutables, véritable athlète et beau combattant. D'un caractère plutôt difficille, quelque fois féroce, comprenant vite, il ne permet pas la moindre erreur au torero.

     Juan Miura, originaire de Navarre et fabricant de chapeaux à Séville, crée en 1842 près de Carmona, une ganaderia de toros bravos. Il décide d'acheter deux cent vingt vaches à Antonio Gil. A cette ganaderia d'origine Cabrera, il ajoute du bétail de Cabrera et des étalons de Barbero de Utrera (Vistahermosa). Le 15 août 1846, à Séville se déroule sa première corrida au nom de Juan Miura (devise vert et rouge). La présentation à Madrid à lieu le 30 avril 1849 (devise vert et noir) au cours d'une corrida qui réunissait à l'affiche les maestros Cuchares et El Salmantino. Le célèbre fer A complété par deux C placés de chaque côté proviendrait de l'élevage d'Antonio Cariga qui fut le propriétaire du premier achat de bovins réalisé par Juan Miura.

     En 1850 et 1852 ont été ajoutées des bêtes de doña Jeronima Nuñez del Prado, veuve de don Jose Rafael Cabrera, puis en 1854, des étalons de Jose Arias de Saavedra (Vistahermosa). A la mort de Juan Miura en 1860, l'élevage est annoncé au nom de sa veuve, doña Josefa Fernandez Garcia. De celle-ci, il passe au fils ainé, Antonio Miura. A la mort de ce dernier le 31 mars 1890, c'est son frère Eduardo qui prends l'élevage et, en 1917, les fils d'Eduardo, Antonio et Jose en héritent et l'annoncent pour la première fois à Madrid le 10 juin 1917 au nom des "Hijos de don Eduardo Miura Fernandez". A la fin de l'année 1940, Antonio et Jose le donnent à leur fils et neveu Eduardo Miura qui la dirigera de main de maître pendant plus d'un demi siècle. Décédé en juillet 1996, ce sont désormais les fils (Eduardo et Antonio) qui assument la responsabilité de la gestion de cette prestigieuse ganaderia.

     Miura, depuis plus de cent ans, demeure incontestablement l'élevage de toros bravos le plus célèbre, cas unique dans l'histoire de la tauromachie, cette ganaderia n'a jamais changé de famille. Poursuivant le travail de leurs aïeuls axé sur une rigueur dans le choix exclusif de leur toro sans aucun apport extérieur, ils contribuent à entretenir l'énigme Miura en matière de génétique.

     Depuis des décennies, cet élevage est un gage d'intérêt pour l'aficionado: on ne sort jamais sans émotions d'une corrida de Miura, qui a depuis le début une réputation redoutable et sanglante.

     Miura, victime de sa légende noire! Des explications plus ou moins fantaisistes ont circulé pour justifier le caractère difficille qu'ils possèdent, nombreux furent les toreros blessés ou qui ont succombé sous les cornes de ces fauves (Manolete en 1947 et Nimeño II en 1989 pour les plus récents).

     Cette ganaderia est sans aucun doute celle qui a le plus de personalité de tous les temps.

L'exemplaire retenu pour notre novillada

N° 75 Miura

 

 

 

GUARDIOLA FANTONI

 

Guardiola Fantoni

     Origines: Villamarta

     Devise: Vert et Vieil or

     Ancienneté: 23 septembre 1945

 

     Au sud de Séville, à quelques kilomètres d'Utrera, se situe une propriété majestueuse dénommée "El Toruño", haut lieu de l'élevage du taureau de combat dont s'occupent Javier et Alfonso Guardiola.

     Les Villamarta. L'histoire raconte que le marquis de Villamarta, aussi bon éleveur qu'il fut, par lassitude, décida un jour de vendre son élevage. Une dizaine d'années après, par nostalgie, il renoua avec l'élevage du toro. Il battit alors la campagne pour acquérir des toros de plusieurs éleveurs: Murube, Saltillo, Albasserada, Ibarra. Comme c'était un homme avisé et compétent, il eut rapidement d'excellents résultats. Ce nouvel élevage détenait de la mobilité appréciée par le public et les toreros. Il devint vite à la mode. A la mort du marquis, Salvador Guardiola acheta deux lots de cette ganaderia. Les toros de Villamarta furent les premiers à prendre pension à "El Toruño". D'abord, Salvador Guardiola acheta le lot de la marquise de Zugasti à son propriétaire le marquis de Villabragima qui était auparavant entre les mains de Carlos Nuñez. Ce lot prit l'appellation "Guardiola Dominguez". Quelques temps après, acquis toujours au même marquis de Villabragima, arriva un autre lot de Villamarta que possédait une autre de ces filles, Maria Davila y Garvey: Ce sont aujourd'hui ceux qui portent le nom de "Hermanos Guardiola Fantoni".

     Fidèles à la direction marquée par le père Salvador Guardiola Fantoni, par Juan Guardiola et par Luis Saavedra, l'ancien mayoral décédé en décembre 2002, Javier et Alfonso poursuivent avec rigueur le travail commencé il y a plus de cinquante ans. Mais les Guardiola incommodaient certaines vedettes, et quelques fois, en fin de temporada, ils étaient contraints d'envoyer des toros à l'abattoir. Dans les années 1970, le goût du public évolua et il désira voir lidier des animaux qui transmettent de l'émotion. A partir de ce moment, l'intérêt général se porte sur la bravoure et la lignée fixée par le concept de l'élevage Guardiola. Parmi les très nombreux succés de la casa Guardiola, on relève: en 1985, prix du meilleur élevage de l'année; 1986, meilleur toro Trompetillo de la feria de Nîmes; 1987, meilleur toro Carasucia à Pampelune, Muleton à Logroño, prix du meilleur élevage de l'année; 1988, meilleur toro et meilleure corrida à Séville, prix de la corrida concours de Ronda, grâce accordée à Peleon, prix de la corrida concours de Mont de Marsan, vuelta al ruedo à Puntillo, meilleur toro Abeja à Pampelune; 1989, prix de la corrida concours de Ronda, grâce accordée à Piano, meilleur toro à Pampelune, Dax et Nîmes; 1990, prix de la corrida concours à Mont de Marsan, meilleure corrida à Séville; 1991, meilleur toro à Pampelune, Peleon, novillo gracié à Nîmes; 1992, meilleur toro à Séville et meilleure corrida ainsi qu'à Saragosse; 1993, prix de la corrida concours à Sanluquéño et meilleure corrida à Béziers.

 

L'exemplaire retenu pour notre novillada:

N°21 Guardiola Fantoni

 

La suite de la présentation, dans une quinzaine.

 

Patrick S

    


    

 

 

 



Partager cet article
Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 15:03

     Nous allons, vous présenter notre cartel pour la novillada concours 2013 qui aura lieu le 1èr septembre à 17h30 aux arènes du Plumaçon de Mont de Marsan.

     Pour ce faire, nous présenterons le novillero avec les deux novillos qu'il combattra. Après une courte présentation du novillero, nous nous attarderons un peu plus longuement sur les ganaderias dont sont issus ses opposants, nous communiquerons également une image du novillo "titulaire" qui a été retenu pour chaque ganaderia. Cette présentation se fera donc en trois parties, la première à paraitre:  jeudi 25 juillet 2013.

     Les textes présentant les ganaderias qui participent à ce concours ont été tirés de:" LA TAUROMACHIE, Histoire et Dictionnaire" édité chez Robert Laffont, la plupart des textes ont été écrits parRobert Bérard.

     Nous espérons ainsi être le plus complet possible et aussi vous "mettre l'eau à la bouche" pour vous donner l'envie de venir nous rejoindre le 1èr septembre.

 

Patrick S.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 01:33

     Lors de la dernière corrida de la féria de la madeleine, corrida d'Escolar Gil, j'ai eu la chance d'avoir une place privilégiée.

     J'en ai bien sûr profité pour faire quelques photos que je vous livre sur le lien habituel. Clic ici: 2013.07.21--Mont2-Escolar 2013.07.21--Mont2-Escolar

     Pour mémoire, étaient au cartel Rafaelillo et Robleño en mano à mano.

     Bon visionnage et, à bientôt.

Patrick S.


Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 08:00

     Dimanche matin, après avoir dormi vite, nous assistons à une intéressante corrida de Palha.

  001

     Homogènes de présentation en trapio et en tête.

             005        025        037

                Trovoada 08/08              Camarito 02/09               Colega 44/08

                       540 Kgs                          530 Kgs                          500 Kgs

             055        069        091

             Quita-Medios 08/07           Marisma 12/08                Promessa 02/09

                       560 Kgs                        570 Kgs                          510 Kgs

     Lot avec des comportements divers, les deux premiers ressemblants aux contreras dans leur manières au premier tiers, tous allant au cheval avec alegria.

     Les hommes du face à face étaient:

   002   003   004

            Ivan Garcia                            Manuel Escribano                      Alberto Aguilar

          Saluts, Saluts                            Silence, Saluts                         Oreille, Silence

     Mis à part le bon comportement des toros, avec un vuelta accordée au quatrième (!!!!), la surprise du jour pour moi fut Ivan Garcia. Il montra de l'envie, quelques beaux gestes au capote et engagé à l'épée. Escribano nous a un peu "enfumé" aux banderilles terminant quand même il faut le dire par deux jolies paires dont une al violin supérieure. Aguilar est toujours aussi volontaire et porteur, après un pinchazo, d'une estocade fulgurante tant par son effet que par son engagement.

     La suite en image ici: 2013.07.14-Matin--Ceret 2013.07.14-Matin--Ceret

 

     Pour terminer, l'après midi nous était proposé un encierro d' Escolar Gil, et, le souvenir de l'encerrona de Robleño l'an passé dans ces mêmes arènes étaient en toile de fond dans tous les esprits. Nous étions dans l'attente d'un après-midi d'émotion...

001

     Le cru 2013 n'a rien eu à voir avec celui de l'an passé. De présentation irréprochable, de trapio conforme à une arène de deuxième, ces Escolar n'ont pas eu le piquant de leur glorieux ainés.

             013        024        033

                   1bis, Escolar             Castellano II, 03/09         Capitan II, 12/08

                           ?                               510 Kgs                          490 Kgs

             046        072        077

               Camorrista, 10/08           Cuidadoso, 04/09      6ème ter Fidel san roman

                        490 Kgs                       510 Kgs                            ?

     Vous l'aurez compris, nous avons eu droit à 9 toros dans l'après-midi. Le premier Escolar sort avec un trou dans le flanc gauche, puntazo ou abcés ? il est changé par un sobrero d'Escolar. Pour le sixième, le pauvre Ruben Pinar a bu le calice jusqu'à la lie (ou l'hallali?). Il lui sort enfin un Fidel Sanroman qui avait remplacé un autre Fidel Sanroman qui lui même avait remplacé le titulaire d'Escolar; Vous l'aurez compris, ça a fini en eau de boudin... Entre les dix ou quinze pour cent des spectateurs qui avaient quitté leurs places plus les quatre vingt autre pour cent qui n'étaient plus dans le jeu, il a fallu à Ruben Pinar un professionalisme extraordinaire pour terminer cette course.

     J'allais oublier de vous parler des hommes:

   002   004   003

       Fernando Robleño                     Fernando Cruz                          Ruben Pinar

        Palmitas, Oreille                      Silence, Saluts                       Vuelta et Silence

 

     En ce qui les concerne, Fernando Robleño n'est pas à son niveau de l'an dernier, Fernando Cruz fait, je dois le dire, peine à voir et Ruben Pinar est égal à lui même (muy regular).

     En conclusion de cette féria, je peux dire que deux constantes ce sont dégagées: Des premiers tiers affligeants, tant par leur conduite que par leur réalisation (pas vraiment dans le ton cérétan) et des lidias approximatives et menées de manière déplorable (pas non plus dans le ton cérétan).

     Nous avons quand même eu  des moments intérressants mais un  par ci et un  par là. Vous l'aurez compris, pas de faenas complètes qui nous auraient permi de vibrer...

     Qu'importe, nous sommes dejà tous motivés pour renouveler l'expérience l'an prochain.

094

     La suite ici: 2013.07.14-Apres-midi--Ceret 2013.07.14-Apres-midi--Ceret

 

Patrick S.


Partager cet article
Repost0
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 11:29

 

     Nous partîmes à quatre et par un prompt renfort nous nous retrouvâmes...

     A l'aller, nous avons fait un peu de tourisme. Pour ceux qui connaissent le personage (JLC), il nous nous a enfin fait visiter la curiosité de Lauriolle: "La côte qui monte et qui descent". Je me demande encore si ce n'est pas de "l'enfumage", mais non, c'est bien réel. La fameuse côte qui donne l'impression de monter et qui en fait descent...

     Arrivés à Céret en fin d'après-midi de vendredi, et après une soirée tranquille et une nuit régénératrice, le samedi matin nous avons assisté aux début de la féria cérétane.

     Celà commence toujours par l'hytme catalan, "La ségadora", ensuite, à la fin du cinquième toro, "Els segadores". Pourquoi je vous parles de tout cela, parce que je suis un amoureux de "Els segadores", un fervant défenseur des traditions régionales, mais aussi, parce que de jolies dames dansent sur les gradins.

              056       089       090

     Si vous voyez ce que je veux dire... Vous ne voyez pas bien ? c'est fait pour: visionnez donc les diaporamas, vous verez mieux.

    Après la première "Ségadora", nous avons assisté à une novillada de Yonnet, bien présentée et fort intéressante.

              005        012      021   

              037        047      058

     Les novilleros pour les combattre étaient:

              - Jesus Fernadez, Silence et Applaudissements,

              - Cayetano Ortiz, Silence et Silence,

         - Vicente Soler, Oreille et double vuelta après un Hold-up présidentiel manifeste, celle-ci lui refusant obstinemment une oreille demandée unanimement par le public. Bronca gigantesque à la présidence qui en l'état des choses n'a pas respecté le règlement...

     Il est dommageable de pas récompenser comme il se doit le travail de ce gamin qui nous a servi des faenas parfaitement adaptées à ces deux novillos, avec certe plus d'engagement à son deuxième.

     Plus de photos ici, y compris celles de "La Santa Espina": 2013.07.13-Matin--Ceret 2013.07.13-Matin--Ceret

 

     L'après midi, corrida de Cuadri.

001

     Là, nous avons assisté à un défilé de mode (superbe présentation) mais pour grandes tailles !!! Voyez par vous même,

             006        015         027

               Misterioso 12/08            Mandadero 01/09               Formal 02/09

                      600Kgs                          520 Kgs                         560 Kgs

      

             034        040         057

                  Salero 12/07                 Pantanoso 01/08              Goyesco 10/07

                      540 Kgs                        620 Kgs                              630 Kgs

     Pas vraiment un modèle d'homogénéité. A noter qu'ils sont tous sortis en marchant, dépourvus de moteur, de mobilité, de race, de caste, ils ont pourtant tous fini bouche fermée. Par grand chose à retenir (si ce n'est le cinquième et le sixième au dessus du lot), d'autant plus que les toreros devaient être eux aussi aux abonnés absents.

     Les toreros du jour,

   002   004   003

           Uceda Leal                     Fernando Robleño                          Joselillo

       Silence, Silence                    Silence, Saluts                        Silence, Vuelta

     En conclusion, après-midi ennuyeuse.

     Les images ici: 2013.07.13-apres-midi--Ceret 2013.07.13-apres-midi--Ceret

           

  Patrick S.

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 14:19

 

      Nous nous sommes retrouvés une dizaine pour faire ce long voyage au pays de l'armagnac, l'autre..., (tiens, au fait, bizarre, c'est comme les taureaux, il y en a pour tous les goûts).

     Le matin, une novillada non piquée avec deux becerros de Margé et deux de Darré.

 014032

Les deux Margé.

007038

Les deux Darré.

Pour les combattre:

                   004             005

                      Jonathan La Serna                          Louis Husson

                        Silence, Silence                         Oreille, Oreille

     Nouvelle sortie à hombros pour Louis Husson qui, ce dimanche, à été au dessus de son rival et de ses deux opposants.

     Les images ici: 2013.07.07--Eauze-le-matin 2013.07.07--Eauze-le-matin

 

     Après s'être désaltérés (seulement parce qu'il faisait chaud) et restaurés (seulement car la journée allait être longue),        

001006

                                        nous avons assisté à la corrida. Au cartel du jour, des taureaux de Margé,

007

 

           012               039                 051

           068               080                 093

                Une question m'est venue à l'esprit, pratique t-on le groupages des chaleurs dans la région de Béziers ???, ils étaient tous nés en avril 2009.

     En face, trois toreros de "poids",

    009    011    010

       Matias Tejela                 Alberto Aguilar                Thomas Dufau

      Oreille, Silence                Saluts, Silence                 Saluts, Silence

     Chaleur écrasante, soif intense, transpiration abondante et spectacle qui n'a pas atteint la hauteur espérée en rapport avec l'affiche proposée...

     Un lot très moyen mis à part le premier et le troisième et les piétons peut-être pas trop motivés. La chaleur sûrement !!!

     Pour les images, c'est ici: 2013.07.07-Eauze-l-apres-midi 2013.07.07-Eauze-l-apres-midi


Partager cet article
Repost0